Origine du projet

Origine du projet

De nos jours, le travail avec le cheval de trait est très confidentiel et majoritairement mis en œuvre par des passionnés. D’aucuns raillent ces pratiques dans l’exploitation forestière, dans l’entretien de réserves naturelles ou dans les vignes. Ils les considèrent comme l’œuvre de nostalgiques ayant perdu le sens de la réalité. Peu de gens savent que l’utilisation du cheval de travail pour des tâches précises soutient aisément la comparaison avec les machines modernes. À cela s’ajoutent de nombreux aspects positifs pour l’être humain et la nature.

Pourquoi le cheval de travail est lentement tombé dans l’oubli

Le cheval de travail n’est pas davantage considéré aujourd’hui, car :

  • On se limite à des aspects purement économiques, dont la base de calcul est souvent défavorable aux chevaux de travail ;
  • Les nombreux avantages de l’utilisation de chevaux de travail sont méconnus ou négligés ;
  • Le marché est très limité. Des incitants ainsi que les aides nécessaires doivent être créés.

L’utilisation des chevaux de trait n’est qu’une étape sur l’indispensable chemin menant à un traitement de la nature plus durable et plus respectueux. L’objectif devrait être d’utiliser les machines modernes et les chevaux de travail de manière à concilier rentabilité économique et entretien durable de la nature.

Sur la base des réflexions présentées ci-dessus, le ministère luxembourgeois de l’Environnement et son Administration de la nature et des forêts ont fait naitre ce projet de création d’un centre de compétences destiné à l’utilisation des chevaux de travail. Deux conditions fondamentales ont été fixées :

  • L’utilisation des chevaux de travail doit être judicieuse d’un point de vue économique et ne peut se limiter à un simple divertissement.
  • Le centre luxembourgeois doit rassembler et inclure des compétences et expériences venues de pays étrangers.

Les objectifs du projet peuvent être consultés ici.