Utilisation du cheval à des fins thérapeutiques

Il faut distinguer deux approches lorsqu’il s’agit de l’utilisation du cheval à des fins thérapeutiques : l’hippothérapie, qui possède un fond médical et scientifique, et les activités récréatives avec le cheval, qui offrent des effets thérapeutiques.

L’hippothérapie, la thérapie par le cheval

L’hippothérapie ou thérapie par le cheval est une prise en charge individuelle avec un fond physiothérapique. Le patient n’exerce aucune influence sur le cheval et se laisse porter. Il suit donc les mouvements réguliers de l’animal. Ce rythme aide à relâcher les tensions musculaires et engendre des réactions de rééquilibrage au niveau du bassin et du tronc.

Parallèlement aux effets positifs sur le plan purement physique, l’hippothérapie offre différents avantages en matière de motivation et d’estime de soi du patient. Les personnes qui ont connu un lourd parcours thérapeutique découvrent de nouvelles perspectives en travaillant avec le cheval et y voient une forme de motivation. Le contact avec l’animal est une expérience positive qui stimule les perceptions sensorielles.

Les hippothérapeutes sont donc des physiothérapeutes ou ergothérapeutes ayant suivi une formation complémentaire dans le domaine de la thérapie par le cheval. Ils collaborent généralement avec des collègues qui travaillent uniquement avec le cheval. Pour certains patients, notamment les enfants et les adultes en situation de handicap, cette approche constitue un complément idéal à la physiothérapie classique.

La thérapie avec le cheval s’adresse prioritairement aux enfants, adolescents et adultes présentant les affections médicales suivantes : troubles moteurs, hémiplégie, spina-bifida, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, lésions infantiles du cerveau avec retard mental, anomalies chromosomiques, conséquences d’un traumatisme crânien, maladies orthopédiques, etc.

Activités récréatives avec effets thérapeutiques

Les activités récréatives avec le cheval présentent également des effets thérapeutiques. Par activités récréatives, on entend la monte, le travail à la longe, les promenades en calèche, mais aussi le travail avec le cheval, par exemple dans le cadre pénitentiaire.

Les effets bénéfiques sont notamment visibles sur le plan social. La relation entre l’être humain et l’animal est authentique. L’animal ne pose pas de conditions et est dénué de tout préjugé. Grâce au contact avec le cheval, l’être humain peut construire une relation de confiance avec le cheval et utiliser cet apprentissage dans sa vie quotidienne.

Le cheval ne fera rien sans indications claires. L’être humain doit donc agir et influencer le comportement de l’animal. Cela procure un sentiment de réussite et renforce la confiance en soi.

En résumé : le contact direct avec l’animal améliore l’état physique et influence favorablement les domaines émotionnel et psychique.