Tourisme

Il convient de distinguer deux domaines principaux en ce qui concerne l’utilisation de chevaux dans le domaine touristique : le transport de personnes à but touristique, particulièrement dans les sites très populaires, et l’écotourisme.

Les balades touristiques en calèche

Les magnifiques calèches de Vienne, de Bruges ou de Séville sont mondialement connues. De nos jours, de nombreux propriétaires de chevaux exerçant de telles activités sont confrontés aux préjugés négatifs du public. Pourtant, dans la majorité des cas, ces chevaux peuvent se rafraichir et s’abreuver après 45 minutes de travail, et leur journée de travail se termine généralement après quatre balades. À Bruges, par exemple, le travail avec les chevaux débute dès le mois de mars afin que les chevaux soient en forme pour la haute saison. Un cheval ne travaille pas deux jours de suite. Il faut donc posséder au moins trois animaux pour pouvoir transporter des touristes quotidiennement.

Ces prestataires doivent néanmoins être conscients de leur rôle d’exemple. Ils doivent faire de leur mieux pour se présenter de manière optimale et respecter au maximum le bien-être animal. Cela commence évidemment par le dressage, l’équipement utilisé, le respect des règles et des normes de sécurité, le traitement des animaux, l’état du ferrage, la formation des conducteurs de calèche, etc. De plus, les chevaux doivent pouvoir profiter de périodes de repos dans des prés, à l’écart des centres urbains.

Les chevaux de travail dans le tourisme doux

La demande pour une offre touristique douce, durable et écologique croît. L’objectif est de passer des vacances proches et respectueuses de la nature. C’est ce que permet le recours aux chevaux. Ils peuvent être utilisés pour des activités très variées :

  • Formation (continue) dans le domaine équestre
  • Vacances à la ferme
  • Randonnées guidées à cheval
  • Balades à cheval
  • Balades en calèche ou en traineau
  • Stages de vacances pour enfants ou personnes en situation de handicap
  • Et bien plus encore

Ce type de tourisme offre une nouvelle source de revenus aux agriculteurs, ce qui est indispensable à l’heure de profondes mutations structurelles. Certaines entreprises vont même jusqu’à se restructurer complètement pour répondre encore mieux aux souhaits de leurs visiteurs.

Au niveau du marketing, les activités de loisirs avec le cheval sont très intéressantes. En effet, les chevaux bénéficient d’une grande sympathie de la part du public. Les activités équestres peuvent être combinées à la promotion de produits locaux ou à la mise en évidence de l’artisanat traditionnel.

Un exemple pratique : la Robbesscheier à Munshausen au Luxembourg

À l’échelle luxembourgeoise, la Robbesscheier à Munshausen est probablement le projet le plus connu mêlant le tourisme et le cheval. Ce centre touristique s’investit dans la conservation et l’utilisation de plus en plus fréquente du cheval ardennais.

Au fil des ans, un musée vivant a été créé autour du travail avec les chevaux et de l’artisanat traditionnel. Il ne s’agit pas de présenter des modes de travail ayant fait leurs preuves, mais de les illustrer et de permettre la participation du public. Actuellement, les touristes peuvent prendre part à de nombreuses activités, notamment des balades en chariot bâché, des travaux de débardage en forêt ou la tonte de prairies.