Services communaux

De plus en plus souvent, les services communaux recourent au travail avec le cheval. En fonction du pays et de la région, les institutions optent pour des modèles économiques différents. Certaines possèdent leurs propres chevaux, menés par les ouvriers communaux. D’autres font appel à des prestataires indépendants ou combinent les deux possibilités. Lorsqu’elles collaborent avec ce type de prestataires, les communes doivent être attentives à la formation du personnel et au bien-être animal. Le type de travaux exécutés varie également en fonction des régions. Parmi les tâches possibles, citons :

  • Le transport de personnes
  • Le ramassage des déchets
  • L’entretien d’espaces verts, de réserves naturelles ou de zones piétonnes
  • Les services de sécurité ou de prévention
  • Les animations, par exemple sur des marchés

Effets bénéfiques de l’utilisation de chevaux dans les services communaux

L’utilisation de chevaux dans les communes ou d’autres organismes publics présente des effets bénéfiques à plusieurs niveaux :

  • En général, les chevaux attirent grandement la sympathie et rencontrent un écho positif auprès de la population. C’est particulièrement le cas dans des agglomérations très urbanisées. Le contact avec le cheval permet de ressentir la nature au plus près. Auprès des touristes, les chevaux participent à renforcer l’attractivité de la ville. De plus, ils contribuent à la décélération de la vie urbaine, n’émettent presque aucun bruit et sont agréables à observer.
  • Au niveau social, l’utilisation de chevaux contribue à la création de nouveaux emplois. Ceux-ci conviennent particulièrement aux personnes faiblement qualifiées, qui rencontrent d’importantes difficultés sur le marché de l’emploi. De plus, l’utilisation de chevaux peut servir à la réinsertion, par exemple en ce qui concerne des adolescents en décrochage.
  • Évidemment, l’utilisation de chevaux est idéale d’un point de vue écologique. En comparaison avec des véhicules à moteur, elle produit beaucoup moins de gaz à effet de serre. De plus, les chevaux ne compactent pas le sol. Des études récentes montrent que la disposition à trier les déchets augmente de 25 % lorsque des attelages de chevaux sont chargés de leur ramassage.
  • Pour les communes, l’utilisation de chevaux permet de diminuer les frais d’investissement et d’exploitation.

L’utilisation de chevaux dans l’espace public contribue à améliorer l’image du travail avec le cheval. En effet, les communes prouvent ainsi que le recours au cheval est rentable économiquement. Ainsi, dans le ramassage des déchets, caractérisé par de nombreuses haltes et de courtes distances, un cheval est tout aussi rentable qu’un véhicule à moteur.